ArabicEnglishFrenchGermanItalianKurdish (Kurmanji)NepaliPortugueseRussianSpanishTurkish
>>Afghanistan – Pérennisation de l’atelier relais à Kaboul
Afghanistan – Pérennisation de l’atelier relais à Kaboul 2017-01-02T16:55:58+00:00

Afghanistan

Pérennisation de l’atelier relais à Kaboul / 2004 – 2012

En mars 2004, un Atelier Relais avait été mis en place à l’Université polytechnique de Kaboul (UPK), en Afghanistan.

L’objectif de ce programme était de soutenir la réorganisation de la profession d’architecte en Afghanistan face aux enjeux de la reconstruction du pays après 20 ans de guerre, une longue sécheresse et les récents tremblements de terre, en aidant la profession mais également les étudiants à se structurer par la création d’un lieu d’échange, de partage et de formation à Kaboul.

Les Architectes de l’urgence avaient concentré leurs efforts sur l’organisation de la formation pour les architectes Afghans afin de les aider à répondre :
– aux besoins d’assistance technique de nombreuses petites associations porteuses de projets humanitaires;
– aux besoins en professionnels qualifiés des ONG internationales missionnées pour la reconstruction;
– aux grands projets de développement à venir, initiés par le gouvernement Afghan.

Cet atelier-relais à l’Université Polytechnique de Kaboul, avait pour but l’apprentissage des nouvelles technologies architecturales et informatiques, à destination des étudiants de 5ème année (dernière année d’études en Afghanistan). Cette formation permettait aux architectes de se professionnaliser avec du matériel de pointe adapté, notamment l’utilisation du logiciel AUTOCAD.

Le premier semestre de l’année universitaire de septembre à décembre 2004 a permis aux étudiants de se familiariser avec Autocad. Le deuxième semestre qui débutait après les vacances des trois mois d’hiver, était celui de la préparation du projet de diplôme. Les étudiants devaient produire un rendu de leur projet en CAO-DAO.

Du nouveau matériel en 2007

Pour l’Atelier Relais, l’année 2007 fut une année d’investissement en matériel informatique et une accessibilité à internet aisée. L’atelier-relais avait acquis un appareil supplémentaire et fonctionnait désormais avec 19 postes fixes, une imprimante couleur A3, une imprimante laser couleur A4, un téléphone national et un traceur. Pour la première fois, grâce au soutien de l’UPK et l’aide de l’organisation USAid, l’atelier relais bénéficiait gratuitement de trois lignes internet d’une vitesse correcte. Cette connexion permettait aux étudiants de disposer d’une ouverture vers le monde extérieur : échange de mails, visites de sites architecturaux…
Cette année universitaire 2007 fut aussi marquée par l’envoi de deux jeunes architectes en France, formés à l’Atelier- Relais, pour préparer un DSA sur l’architecture de terre et l’architecture risques majeurs. Cette formation, qui représentait une réelle opportunité pour ces deux jeunes architectes, fut rendue possible grâce à une collaboration avec l’école d’architecture de Rennes.

Des rénovations en 2008

L’hiver, l’université n’est pas chauffée. La température extérieure peut descendre jusqu’à – 25°. En 2007, les cours avaient eu lieu grâce à l’installation de deux poêles, mais ce n’était pas suffisant. Au mois de novembre 2008, il a donc été décidé de faire des travaux d’isolation. Des faux plafonds et des doubles baies vitrées ont ainsi pu être réalisés.

En 2009, la formation continuait toujours

L’un de nos expatriés architecte, chargé de mission, était toujours présent en Afghanistan pour assurer la pérennité de la formation. Il faisait le point régulièrement sur le fonctionnement général de l’atelier, avec le personnel formateur mais aussi avec les instances dirigeantes de l’université. Il maintenait un contact étroit avec l’Ambassade de France, les informant régulièrement du développement de l’atelier. Il organisait également des visites de l’atelier par les organisations internationales, les autorités ministérielles afghanes et les médias.
Pour 2009, l’objectif principal était de continuer à développer des échanges avec des professionnels français (architectes, urbanistes…) et des universités françaises de façon à ce que ces partenaires appréhendent mieux la réalité de l’enseignement en Afghanistan et les besoins de l’université. Cette démarche fut entamée en 2008 avec la visite du Président de l’université de Kaboul en France. Les relations créées avaient permis à des étudiants boursiers de venir étudier en France, mais aussi aux enseignants de faire des stages de perfectionnement en France. L’ouverture de l’enseignement vers l’extérieur fut en effet une priorité tant la soif de connaissance des étudiants est grande.

Bilan depuis 2012

Plus de 240 architectes afghans ont été formés dans cet atelier.
Ils travaillent aujourd’hui sur l’ensemble du territoire afghan. Les compétences acquises au cours de l’enseignement sont reconnues à la fois par les autorités afghanes, et les organisations internationales présentes sur place, qui emploient ces jeunes architectes.
L’objectif principal, à savoir la participation active des futurs professionnels afghans à la reconstruction de leur pays, a été réalisé.