ArabicEnglishFrenchGermanItalianKurdish (Kurmanji)NepaliPortugueseRussianSpanishTurkish
>>>Nahrin – Afghanistan – Séisme mars 2002
Nahrin – Afghanistan – Séisme mars 2002 2017-01-02T16:55:57+00:00

Nahrin – Afghanistan

Séisme – mars 2002

Le 25 mars 2002, un séisme de magnitude 6 a eu lieu en Afghanistan dans la région de Nahrin faisant environ 800 morts et dévastant plusieurs villages. Un second séisme toucha à nouveau cette région le mois suivant. Entre 20000 et 30000 personnes sont touchées par cette catastrophe et se retrouvent sans abri.

Dans cette région totalement détruite par ces deux tremblements successifs, l’intervention des architectes de l’urgence consistait en :

  • Un diagnostic post-sismique
  • La création d’un concept d’abri durable ultra économique
  • Des recommandations techniques pour une meilleure résistance des ouvrages aux tremblements de terre
  • La coordination des travaux de reconstruction de 5000 logements devant être terminés dans un délai de 6 mois (avant le début de l’hiver).

En collaboration avec les équipes d’Acted, ONG qui présente en Afghanistan depuis 1994, les architectes de l’urgence durent reconstruire la région avec un budget de 260 dollars par maison. Il permit de fournir les matériaux qui n’étaient pas disponibles localement (le bois principalement), les outils nécessaires et une assistance technique à l’autoconstruction.Il fallut donc être ingénieux pour concevoir des habitats résistants avec si peu.

La région de Nahrin fait partie des régions les plus pauvres d’Afghanistan. Les maisons sont isolées dans un enclos proche des terres cultivables, et construites presque entièrement en terre crue. Contrairement à d’autres régions qui utilisent le bois en plus grande quantité, il est ici tellement rare qu’il est utilisé seulement en absolue nécessité, c’est-à-dire pour la toiture terrasse, pour les portes et fenêtres. Importer de nouveaux matériaux, comme le béton, fut tout simplement impensable. Surtout, ne pas reproduire les erreurs du passé – vision colonialiste qui impose ses propres modèles et rend dépendants ceux qui ont le malheur de les côtoyer – mais plutôt observer et trouver des solutions qui résolvent parfois plus de problèmes que ceux posés initialement…

Le budget ne nous permettant pas de construire en ossature bois (poteaux et poutres), le système que nous avions préconisé reprend certains principes, plus économes en bois, utilisés dans certaines régions fortement sismiques d’Afghanistan (le Nuristan) et dans certaines régions du Cachemire: une structure porteuse en briques de terre crue (adobe), deux chainages périphériques en rondins de bois (haut et bas), soigneusement assemblés dans les angles, des renforts d’angles en bois , de larges linteaux et un bon ancrage des menuiseries.

L’abri construit par les familles elles-mêmes, fut le point de départ de leur future maison (2 pièces et une entrée), il permit à 5000 familles de réfugiés, revenues des camps du Pakistan après plusieurs années d’exil, de s’abriter pour l’hiver. Il leur permit aussi d’acquérir l’expertise de constructions plus résistantes aux tremblements de terre afin de construire dès le printemps suivant et sans assistance, la suite de leur future demeure. 5000 maisons (en habitat rural dispersé) furent construites sur ces principes dans la région de Nahrin et terminées dans les 6 mois qui suivirent le 2ème tremblement de terre.