ArabicEnglishFrenchGermanItalianKurdish (Kurmanji)PortugueseRussianSpanishTurkish
>>Missions Haïti
Missions Haïti 2017-01-02T16:55:58+00:00

Projets mis en œuvre en Haïti depuis 2010

Evaluation et mise en sécurité

Dès les premières semaines qui ont suivi le séisme du 12 janvier 2010, la FAU a choisi de se concentrer sur les bâtiments utiles pour faire face à l’urgence.

En effet, tous les bâtiments ont été évacués: les médecins opéraient à même la rue, les habitants dormaient sur les trottoirs, les ONG travaillaient à l’extérieur…

Les bâtiments évalués en priorité ont été les hôpitaux et les centres de santé, les bureaux administratifs de la fonction publique, les sièges logistiques des ONG d’urgence et les principales industries.

Lors de cette première phase qui s’est étalée sur 2 mois, 138 bâtiments ont été expertisés et plusieurs lieux stratégiques ont pu être sécurisés ou ré-ouverts pour organiser au mieux l’aide et les soins aux populations.

Des formations à l’évaluation ont également été mises en place pour les professionnels locaux du bâtiment.


Relogement

Afin de parer à la situation d’urgence déclarée en 2010, la FAU s’est appliquée à mettre en place avec ECHO (European Commission’s Humanitarian Aid Office), un programme de construction de 400 abris pérennes à Gressier, une commune proche de Port-au-Prince et de l’épicentre du séisme.

Ces abris composés d’une base en dur et d’un toit en toile épaisse, ont permis aux sinistrés de vivre à l’abri des intempéries, dans des conditions décentes.

Mais il est apparu important pour la fondation de reloger rapidement les sinistrés dans leurs logements respectifs lorsque ceux-ci pouvaient être réparés et renforcés.

Cette action de relogement passe en premier lieu par l’évaluation des habitations pouvant être réparées et renforcées ainsi que par l’identification des familles prioritaires.

3 360 logements ont donc été évalués dans le cadre de diagnostics détaillés et 1997 évaluations rapides ont été menées.

Afin de permettre un retour rapide des populations dans les logements qui pouvaient être réparés ou renforcés pour les rendre de nouveau habitables dans des conditions de sécurité optimales, plus de 2 000 logements ont d’abord été réhabilités ou réparés avec la collaboration de ECHO, puis de Caritas et de Cordaid.

Et en janvier 2012, une opération de construction de logements neufs permis d’aborder la question de l’aménagement de l’espace public et de l’urbanisme pour une meilleure gestion des risques dans un projet de microplanning co financé par la J/P Haitian Relief Organization, la Fondation Abbé Pierre et la Fondation Architectes de l’Urgence.

24 logements neufs ont ainsi été construits permettant donc à autant de familles de retrouver un toit.

Ce programme aura également permis la formation de nombreux maçons, charpentiers et ingénieurs sur nos chantiers.


Réhabilitation de structures de santé

Afin d’améliorer l’accès aux soins, notamment pour les plus défavorisés, différents programmes ont été mis en place.

Réhabilitation du Centre de Santé Fontaine.
Ce centre dessert une population de 30 000 personnes et notamment sur la zone de la Cité Soleil, le plus grand bidonville d’Haïti.

Descriptif détaillé du projet de Centre Fontaine

Réfection du mur d’enceinte de l’unique centre psychiatrique de Port-au-Prince afin de rendre le lieu clos et sécurisé, conditions essentielles à la réception des patients dans des conditions satisfaisantes. L’établissement hébergeait 100 malades graves de manière permanente avant le séisme.

Réhabilitation de 11 dispensaires, en partenariat avec la Croix-Rouge française, dont 8 dispensaires dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, et 3 sur  la commune de Petit-Goâve.
Ces dispensaires desservent 200 000 personnes.

Descriptif détaillé du projet des centres de soins avec la CRF

Réhabilitation et agrandissement de 5 maternités et centres de santé à Thiotte, Banane, Trou du nord, Miragoane et Savanette au bénéfice de 95 700 personnes.

Ce projet mené en collaboration avec le Ministère de la Santé Haïtien et l’Agence Française de Développement vise à améliorer les conditions et équipements attrayant à la santé maternelle.

Au total à ce jour, 670 200 personnes ont à nouveau accès à des soins dans des conditions sûres et adaptées.


Construction d’écoles

Suite au séisme des familles entières se réfugièrent à l’intérieur des terres et de nombreux enfants furent déscolarisés à cause de la destruction ou du fort endommagement des écoles.

Si la zone de Savanette, n’a pas été touchée directement par la catastrophe, l’augmentation rapide de sa population a exacerbé des problèmes déjà existants : logements indécents, situation sanitaire précaire, manque d’infrastructures publiques etc.

L’école a vu son nombre d’élèves augmenter considérablement, passant d’un effectif de 30 à 150. Les conditions d’éducation des enfants étaient inadaptées à une bonne éducation (soleil, sur effectif, mauvaises odeurs, humidité, fuites d’eau). Les conditions sanitaires étaient précaires et facilitaient le développement de maladies.

Afin de remédier à cette situation, les Architectes de l’urgence ont lancé, avec Radio France, un appel aux dons national et ont construit une école à Savanette.

Un chantier de sept mois inauguré en décembre 2012 comprenant cinq immenses salles de classe ventilées, une cuisine, un préau couvert, et des toilettes sèches.

Certains enfants ont pu mettre les pieds pour la première fois à l’école en 2012. À trois, six ou 12 ans.

Ce projet a pu être mené grâce  à tous ceux qui ont contribué au projet : le groupe GBH, l’Association Patrick Bourrat « Pour que l’école continue », SFR, UIA, la Fondation Yves Rocher, la Fondation Varenne et les donateurs privés.

Une action a également été réalisée sur deux écoles de Port-au Prince l’école Fransbeda Académie et le collège Vision Classique.

Ces  deux écoles ont subi une mise en sécurité générale notamment par un renforcement de structures, une accessibilité PMR et un aménagement intérieur redéfinissant des espaces plus propices à un enseignement d’école.

La fondation intervient par ailleurs depuis 2015 sur l’école de Santo.


Construction d’un Orphelinat, «Coeur foyer de Pitié»

Dans la continuité de ce projet de scolarisation des enfants sinistrés dans les meilleures conditions, les équipes des Architectes de l’urgence ont également souhaité apporter leur aide à un orphelinat situé à proximité de l’école de Savanette : L’orphelinat Coeur Foyer de Pitié à Mirebalais.
Créé en 2000, cet orphelinat, en plus de donner un foyer aux enfants, propose un programme d’éducation et de formation.
N’ayant plus de locaux, pour continuer à prendre soin des orphelins, meurtris et traumatisés par les conséquences du tremblement de terre, la directrice et la trentaine denfants, âgés de 6 mois à 14 ans, ont dû quitter la capitale d’Haïti.

Ne disposant d’aucune aide de l’Etat ou d’organisations internationales, ils se sont installés à proximité de Mirebalais et survivaient grâce aux dons de la population locale.
L’orphelinat consistait en un petit bâtiment de deux pièces sans portes ni fenêtres, dont la toiture en tôle fuyait. Les enfants vivaient dans le dénuement le plus total sans aucun mobilier et sans eau ni électricité.

La Fondation a procédé à la réhabilitation et à l’agrandissement de cet orphelinat en 2 phases, l’une qui s’est achevée en 2012 et l’autre qui vient juste de se terminer en mars 2016

Les enfants ont été sensibilisés aux risques du chantier et toutes les mesures ont été prises pour assurer leur sécurité, ainsi que celle des personnes intervenants sur le chantier et aux environs.

Cet orphelinat comprend aujourd’hui :

1 salle polyvalente pour assurer les activités et la scolarité, 4 dortoirs filles et 3 dortoirs garçons, des sanitaires filles et garçons avec douches, 1 préau, 1 cuisine et des chambres pour les encadrants.

Et un grand merci aux partenaires de ce projet : Les salariés du Groupe GBH, et l’association SOS Oprhelinats du Monde.


Urbanisme d’urgence

Basée sur l’étude initiatrice de ce projet, la planification communautaire, dans laquelle la Fondation Architectes de l’Urgence est présente depuis 2010 notamment en partenariat avec les Nations Unies Habitat, le FICR a entamé à la fin de l’année 2012 des travaux d’aménagement du ravin qui traverse le quartier de Delmas 30 et doit permettre ainsi l’atténuation des risques liés à l’eau.  Cela doit favoriser la sécurisation des abords de ce ravin, concernant directement environ 7000 personnes.

Les bénéfices de cette opération pourront être ressentis sur la globalité du quartier de Delmas 30, comptant près de 40 000 foyers.
La fondation a également mis en place d’importants projets d’urbanisme d’urgence concernant plus particulièrement les quartiers populaires et informels de Port-au-Prince.

L’objectif était d’amener la population des zones d’intervention à formuler un plan de développement local pour appréhender, orienter et maîtriser les projets de  reconstruction et de développement sur son  territoire.
Les habitants peuvent ainsi devenir les acteurs de leur propre développement.

Le projet Logement-Quartier, en partenariat avec ONU Habitat, a permis d’établir un diagnostic urbain, de réparer 15 bâtiments communautaires et de construire des passerelles et des routes dans les quartiers populaires et  informels de la capitale haïtienne.
Au  total, 9 600  familles  étaient  concernées  par  ce  programme  dans  les  quartiers  les  plus précaires de la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Le projet Planification Communautaire qui a suivi ce 1er projet visait à contribuer à la réhabilitation des zones urbaines sinistrées grâce à l’instauration  d’un  système  de  recyclage,  d’enlèvement  et  de traitement   des   débris   générés par  le séisme de  2010. Ce projet concernait environ 4 500 maisons, et la participation des communautés des quartiers à sa mise en œuvre en fut une composante primordiale.

10 quartiers ont donc été diagnostiqués au total depuis 2010, soit 10 800 maisons et autant de familles visitées dans le cadre des projets d’urbanisme d’urgence.

Pour savoir en quoi consiste un projet d’urbanisme d’urgence